SUCHE

Rétrospective Douglas Sirk

Datum: Mi, 24.08.22 15:00 - Do, 06.10.22 23:00
Veranstaltungsort:
Casino de Montbenon, Allée Ernest-Ansermet 3, 1003 Lausanne, Cinémathèque suisse
Rubrik: Kino & Film
Rétrospective Douglas Sirk
Beschreibung: Du mélodrame au cinéma totalDouglas Sirk n’est plus l’inconnu de l’histoire du cine´ma qu’il est reste´ pendant toute son activite´. On a reconnu en lui, depuis longtemps, le mai^tre du me´lodrame ame´ricain; son point de vue critique sur les Etats-Unis, sa sensibilite´ fe´ministe, ont e´te´ analyse´s. Avec le recul, on de´couvre une productivite´ et une diversite´ e´tonnantes: 40 films en vingt-cinq ans, avec au milieu une interruption de quatre ans due a` l’exil.Douglas Sirk s’appelait encore Detlef Sierck quand il a commence´ a` mettre en sce`ne au the´a^tre, juste apre`s la Premie`re Guerre mondiale. A 25 ans a` peine, ce surdoue´ prend la direction du the´a^tre de Chemnitz, puis de Bre^me et de Leipzig, ou` il chapeaute la programmation et met en sce`ne lui-me^me, certaines anne´es plus d’une pie`ce par mois. Son travail sce´nique va irriguer tout son art. Il va transposer au cine´ma le meilleur de son expe´rience, et n’oubliera jamais que la mise en sce`ne est au cœur du spectacle. Comme Cukor, Visconti, Bergman, Ophüls, c’est a` partir de, et avec, son bagage de the´a^tre que Sirk sera cine´aste.Il se plonge dans le cine´ma avec une fureur de travail: 7 longs me´trages en trois ans pour la UFA. Le meilleur, Schlussakkord (1936), est un me´lodrame, qui appose de´ja` sa signature sur le genre. Enfin, il cre´e la star internationale qui manque a` l’Allemagne apre`s 1933: Zarah Leander. Mais, en cette anne´e 1937, Goebbels met la main sur la UFA, qui sera de´sormais au service de l’Etat nazi. Sierck est attaque´ pour avoir e´pouse´ une femme juive. Pluto^t que d’e^tre contraint aux compromis, il de´cide de partir avec elle. Le couple a un but, l’Ame´rique. Apre`s une errance de deux ans a` travers l’Europe, une fois arrive´s en Californie, Douglas Sirk (son nouveau nom) et sa femme tiennent une ferme et vivent a` l’e´cart du cine´ma. En 1943, un groupe d’exile´s fait appel a` lui pour diriger Hitler’s Madman (1943) et son activite´ de cine´aste reprend. Le temps de 3 films – Summer Storm (1944), A Scandal in Paris (1946), Lured (1947) –, il croise son acteur ide´al, George Sanders. Dans un second mouvement, il s’inte´resse a` la re´versibilite´ des relations humaines, avec Shockproof (1949) et le grand film me´connu qu’est The First Legion (1951).Apre`s l’e´chec d’une tentative de retour en Allemagne en 1949, il connai^t un nouveau tournant. Au lieu de l’inde´pendance, Sirk cherche la discipline d’un studio pour se construire un espace de liberte´. Il le trouve dans le plus petit des majors, Universal. Il y devient «une sorte de re´alisateur maison», travaillant a` la commande un peu comme en Allemagne, ou` il pouvait monter une quinzaine de pie`ces dans la saison: 6 films en un an et demi (1951 a` 1953), 21 en huit ans.De film en film, cet immigrant capture, comme peu l’ont fait, l’esprit et l’autorepre´sentation du pays, jusque dans ses tares: bigoterie, misogynie, culte de l’argent, me´pris de classe, racisme... Ses plus beaux personnages sont des marginaux: Rock Hudson dans All That Heaven Allows (1956), les aviateurs dans The Tarnished Angels (1957), la me´tisse Susan Kohner dans Imitation of Life (1959). Si on ajoute Written on the Wind (1956) et A Time to Love and a Time to Die (1958), on a le sommet de son parcours hollywoodien, au terme duquel il tient a` retrouver l’Europe.

Bernard Eisenschitz, co-curateur de la rétrospectiveLes autres films de la rétrospectiveCette se´lection de longs me´trages propose un aperc¸u de sa production allemande signe´e Detlef Sierck, son nom de naissance. Elle se focalise toutefois sur les anne´es qui ont suivi sa fuite du re´gime nazi en direction des Etats-Unis. Durant cette «pe´riode ame´ricaine», Sirk travaille pour les plus grands studios hollywoodiens et de´veloppe son style en plac¸ant les e´motions au centre de ses pre´occupations. Le gou^t du cine´aste pour les grands re´cits dramatiques et sentimentaux conduira la critique a` le conside´rer comme le «mai^tre du me´lodrame».
Montbenon - prix plein: CHF 10
Montbenon - prix réduit: CHF 8
Capitole - prix plein: CHF 15
Capitole - prix réduit: CHF 12
Quelle: guidle.com
Veranstalter: Cinémathèque suisse
Regionalwetter
Wetter: meteonews.ch
Gratis SMS

Bitte klicken

Partner